Paysages de nos larmes

bandeau

Le collectif Kahraba & Archipels

Éric Deniaud est diplômé de l’École Supérieure Nationale des Arts de la Marionnette de Charleville-Mézières. Il a participé depuis comme metteur en scène, interprète, constructeur et manipulateur de marionnettes, ou scénographe, à de nombreux projets, avec les compagnies Drolatic Industry, Commédiamuse, le theatre Nu, Catherine Hiegel et le Conservatoire National Supérieur d’Arts Dramatiques de Paris, l’Institut International des Arts de la Marionnette, Jean-Louis Heckel et La Nef Manufacture d’Utopie, Perrine Griselin, Matéi Visniec, le Centre National des écritures du Spectacle, le Théâtre National des Marionnettes du Vietnam à Hanoi, la compagnie espagnole Etcaetera teatro et Le grand Théâtre de Barcelone, Al Mawred al Thaqafi au Caire… Dominique Pifarély, violoniste, improvisateur, compositeur est régulièrement présent sur les scènes européennes mais il se produit également aux Etats-Unis, au Canada, au Japon, en Amérique latine, en Inde, au Moyen-Orient et en Afrique. C’est en 1981, qu’il fait son premier voyage au Liban et plusieurs collaborations en découleront au fil des années, dont un partenariat avec le Collectif Kaharaba autour du festival Nehna wel Amar wel Jiran » (« Nous, la Lune et les Voisins »), puis avec Eric Deniaud, co-directeur du festival et membre du collectif, qui lui propose de travailler à la mise en musique et en son du spectacle « Paysages de nos larmes ».

 

Spectacle

vignette_kahraba

Paysages de nos larmes

Ce spectacle est un conte obscur, un poème tragique, né artistiquement d’une rencontre, celle d’Eric Deniaud et du musicien Dominique Pifarély, pensé comme une dramaturgie visuelle, travaillé comme une écriture poétique dont le fil conducteur est le personnage de Job: celui qui perd tout, personnage biblique imaginé pour dire quelque chose de notre humanité.

« Paysages de nos Larmes » est un monologue pour un Job écrit par Matéi Viscniec, dramaturge, poète et journaliste français d’origine roumaine, auquel Roger Assaf, comédien et metteur en scène libanais, grande figure du théâtre arabe, a prêté sa voix. Le corps en mouvement et le corps masqué, la marionnette, l’image projetée, l’ombre, le dessin en direct, la musique, la création du son, de bruitages en direct, la manipulation d’objets ou de matière sont les matériaux exploités au plateau pour l’écriture de ce poème visuel. Quatre interprètes, trois danseurs-manipulateurs, un musicien-improvisateur (Dominique Pifarély), donne matière, en ombre double, à un enjeu sensible et spirituel afin de mettre en tension le jeu des objets et des images.

Il y est question du caractère éphémère de nos sociétés et de leur cortège de guerres, face à la nature et son extraordinaire capacité à maintenir la vie et à la renouveler, d’une ville qu’on détruit et reconstruit sans cesse, de combats, nos combats intérieurs. C’est donc le risque de la poésie qui est en jeu dans cette création, parce qu’elle ouvre une porte, un champ des possibles dans nos sociétés. C’est l’arme la plus inutile et la plus puissante à la fois pour ouvrir nos yeux sur une autre humanité, une autre manière de vivre le monde. Il s’agit alors de poser un acte d’une inestimable gratuité.

Distribution
  • Auteur :  Matéi Visniec
  • Mise en scène  : Eric Deniaud
  • Collaborations artistiques : Cécile Maudet / Léna Osseyran / Ahmad Khouja
  • Musique : Dominique Pifarély
  • Lumière : Riccardo Clementi
  • Voix : Roger Assaf
  • Réalisation sonore : Christophe Hauser
  • Scénographie et marionnettes : Eric Deniaud
  • Assistante : Tamara Badreddine
  • Administratrice de production : Virginie Crouail – Archipels
  • Interprètes : Aurélien Zouki / Marielise Youssef Aad / Dana Mikhail / Dominique Pifarély

Dossier du spectacle

Partenaires

Coproductions :

  • Production : Archipels-Cie Dominique Pifarély
  • ExtraMuros
  • Collectif Kahraba
  • TJP CDN d’Alsace

Soutiens à la création :

  • La Nef – Manufacture d’Utopies – Pantin
  • Le Tas de Sable – Ches Panses Vertes  – Amiens
  • Le Théâtre des 4 Saisons  – Gradignan
  • La Drac Île-de-France
  • La Drac Poitou-Charentes
  • L’Adami
  • La Spedidam
  • L’Institut Français de Beyrouth
La presse en parle
Paysages de nos larmes fait éclater le pouvoir du mot et de tous ses substituts... des mots taillés dans la chair.
Il est des spectacles qu'on ne peut plus arracher de notre esprit, qui restent ancrés, (...) tellement sombres qu'ils éclairent la vue: Paysages de nos larmes en fait partie.
En images