PORTRAITS 2.4.9

PORTRAITS 2.4.9

Portraits 2.4.9. est une création poétique in situ, qui dresse le portrait d’habitant-e-s  à travers le théâtre d’objets. Ce projet est une idée originale d’Eric de Sarria, réalisé en collaboration avec les artistes de la cie Les Maladroits ainsi que le vidéaste et photographe François Langlais.

Ce projet s’adresse aux organismes et institutions travaillant auprès de tous types de public (hors scolaire), en particulier ceux qui, pour des raisons économiques, médicales, juridiques ou sociales, sont exclus du circuit théâtral. Cette exclusion est souvent synonyme de repli sur soi. Ce projet permet ainsi un accès aux citoyen-ne-s à la culture, dans un esprit de confiance, de dialogue et d’ouverture.

Nous proposons de dresser le portrait de 6/7 usagers d’une structure, et d’en restituer les traits lors d’un moment théâtral, à travers le jeu d’acteur, le théâtre d’objets, le mouvement et la voix.

Le projet s’intitule Portraits 2.4.9, parce qu’il nous faut 2 heures d’entretien, 4 jours de préparation, et 9 minutes de spectacle par personne interviewée.

La présentation du portrait se fait, de préférence, en présence de l’interviewé. Celui-ci peut être invité à participer à son propre portrait.  Il peut accepter ou refuser cette invitation. Il peut indiquer ses désidératas par rapport à la présentation de certains traits  liés à sa vie privée,  mais il ne peut interférer dans le processus artistique des portraitistes. Ceux-ci travaillent en bonne intelligence avec l’interviewé, et le rendu est fait de tact et de poésie…

Par ailleurs, la présentation valorise les gens dont le portrait est dessiné, et ce,  tant vis-à-vis d’eux-mêmes que vis-à-vis de leur entourage. C’est un moment unique, en rupture avec le quotidien. C’est une occasion de renforcer le lien social : l’interviewé sort  de son isolement et l’intervieweur de ses préjugés ! Le théâtre d’objets permet de dresser des portraits avec distance et humour. Ce type de théâtre apporte une légèreté de propos et son pouvoir métaphorique crée de multiples niveaux de lecture qui correspondent aux multiples sens qui se dessinent lors d’un portrait.

IMG_1260

 

IMG_1521

 

IMG_1344

Ce projet est né du travail de stages proposés par la cie Philippe Genty et encadrés par l’artiste Eric de Sarria qui a eu l’envie d’ouvrir ce principe à des personnes extérieures : inviter des volontaires à se faire dresser le portrait, avec comme seules contraintes de consacrer au « peintre » deux heures de son temps pour répondre à ses questions et être avec lui.

« J’ai eu  envie de mettre l’anonyme en avant et en lumière. Pour moi, le monde est peuplé d’héroïsme, le héros se cache dans l’apparente banalité de notre quotidien. Il est notre voisin, et nous ne le voyons pas. Dresser le portrait de quelqu’un, c’est lui donner l’opportunité de se re – raconter, de se re- présenter devant les yeux des autres et, bien sûr, et surtout, devant ses propres yeux. Dresser un portrait, c’est faire le pari  de l’écoute de l’Autre tant de notre part que de la personne interviewée qui trouve là, dans un jeu de miroir, l’occasion de réfléchir sa vie, avec distance, tendresse et humour, voire même de faire la paix avec elle-même. Elle peut ainsi constater la beauté de son chemin parcouru, les victoires remportées, le travail sur elle-même déjà accompli ».  (Eric  de Sarria).

La collaboration avec les Maladroits est vite arrivée comme une évidence: leur expérience, leur sensibilité, leur rigueur et méthodologie du travail de recherche autour du théâtre d’objets. Tous ont le même goût du théâtre, celui qui croise les genres et les disciplines, où l’objet, l’objet de consommation, l’objet-pauvre et récupéré, détenteur de mémoires et d’histoires, occupe une place centrale.

MYND Productions souhaite développer son activité en lien avec son territoire. Accompagner cette proposition sur le volet de l’ingénierie de projet y a trouvé tout son sens, car le médium utilisé est en rapport avec sa ligne artistique. Ensuite, ce projet n’est pas le fruit d’une commande, mais bel et bien une démarche guidée par l’envie, l’envie de faire avec les gens, ceux qu’on « oublie », parfois trop facilement…

Le projet portraits 2.4.9 a déjà été proposé et réalisé au Centre de Médecine Physique et de Rééducation de Pionsat.

Dossier du projet